Le premier essai

Télécharger en PDF

Il existe différents cultivars d’Artemisia annua. On ne sait jamais à l’avance lequel est le mieux adapté au biotope ni la période de culture optimale.

Objectifs :

  • Déterminer les semences les mieux adaptées et à quelle période les cultiver : quoi et quand planter ?
  • Récupérer les semences des plantes les plus adaptées : choisir les semenciers.
     

Calendrier de réalisation de l’essai

  • Idéalement, débuter de nouvelles pépinières pour transplanter chaque mois en champs 1 ligne de 20 nouveaux plants pour chacun des cultivars.
  • Si la fréquence (semis et transplantation chaque mois) est vraiment trop contraignante, choisir quatre dates raisonnées en fonction des saisons.
  • Idem pour le nombre de plants requis , transplanter 1 ligne de 15 nouveaux plants pour chacun des cultivars à chaque date.

Choix du site

  • Bien s’assurer que le terrain est homogène : même type de sol, exposition au soleil, apport d’eau … aussi plat que possible.
  • Si le terrain n’est pas plat et qu’il y a des risques d’engorgement en eau, planter en lignes dans le sens de la pente pour favoriser l’écoulement.
  • Si le terrain n’est pas homogène, planter les lignes de manière à les exposer uniformément à la source de variabilité.
  • Si plusieurs zones ou terrains sont à disposition, faire le même test (1 ligne de 20 plants par cultivar et par date) aux différents endroits.

Opérations culturales

Voir Manuel de Culture et Transformation.

Veiller à bien délimiter les platebandes de chaque cultivar ! Utiliser des planches en bois en pleine terre et marquer le cultivar de chaque zone.
1
Transplanter à la même densité
et fournir la même quantité et qualité d’eau et de compost à tous ces essais ! Ce sont des facteurs de croissance parfois plus déterminants que le choix de cultivar ou de période.
2
Désherber
si possible à un même rythme après transplantation, dès que nécessaire les premières semaines puis chaque mois environ.
3
Ne pas traiter
Même avec des traitements biologiques, car l’objectif est de voir quel cultivar est le plus adapté en conditions équivalentes !
4
Pratiquer une seule coupe finale
pour ces tests car l’objectif est de voir quel cultivar est le plus adapté au lieu pour chaque période et donc s’il monte en fleurs de manière précoce, pas de produire le plus possible de tisane en pratiquant deux coupes.

Observations

1
Marquer le cultivar

la date de semis et de transplantation de chaque ligne sur un cahier.

2
Noter la localisation

(zone + repère + facteur de variabilité rendant la situation de cette ligne particulière) et le nombre de plants de chaque ligne.

3
Observer attentivement la croissance des plantes
et l’éventuelle apparition de bioagresseurs (= ravageurs + maladies) ou anomalie chaque semaine.
4
Déterminer et noter

les attaques de bioagresseurs avec descriptif et évaluation du taux d’infestation (% des plantes affectées sur la parcelle), de l’impact, c’est-à-dire l’évaluation de la production perdue par plante touchée, et le taux de mortalité (% des plantes mortes).

5
Mesurer
lorsque la moitié des plantes de la ligne sont en boutons floraux. Mesurer toutes les plantes de la ligne SAUF celles ayant subi de fortes attaques, c’est-à-dire celles dont on estime que plus de la moitié de la production est perdue (impact de plus de 50 %).
6
Noter la hauteur

de la plante la plus petite (hauteur minimale), de la plante la plus grande (hauteur maximale) et la hauteur moyenne (somme des hauteurs de toutes les plantes ÷ nombre de plantes par ligne) en prenant en compte uniquement les plantes n’ayant pas subi de fortes attaques.

7
Noter

la date de coupe (à faire dès l’apparition des boutons floraux sur la moitié des plantes de la ligne, après les mesures).

8
Si possible faire sécher séparément chaque ligne

pour peser et noter la production en matière sèche par unité (ligne et zone) et calculer la moyenne de matière sèche produite par plant (en prenant en compte uniquement les plantes n’ayant pas subi de fortes attaques).

Ne pas couper mais laisser monter en fleurs les plants les plus beaux et productifs afin de récolter leurs graines !
(Voir fiche Production de semences).

Choix de semenciers (cultivar et période)

  • Plantes les moins sensibles aux attaques des bioagresseurs ; Choix d’un cultivar résistant : moyen de lutte le plus efficace et toujours à privilégier ! Même si la production est un peu moindre qu’avec une autre plante non résistante, car cela évite des pertes de production et d’argent considérables lorsque le bioagresseur apparaît à nouveau !
  • Production maximum (poids sec par plante en moyenne) ;
  • Bon taux de germination en pépinière avec faible temps de dormance.